N o t r e v o c a t ion 5 en mettant en pratique ses paroles transmises par les Évangiles, et tout particulièrement le Sermon sur la Montagne. Nous ne voulons pas d’une religion qui ne rechercherait l’avenir de l’humanité que pour l’au-delà et qui n’apporterait qu’une paix spirituelle aux gens. Non, nous-mêmes, avec l’ensemble du genre humain, nous avons besoin d’aide ici et maintenant. Jésus veut transformer notre monde dans sa globalité, ce qui inclut les domaines économiques, sociaux, ainsi que tous les aspects de l’exis- tence. Ses commandements sont concrets : pardonner sans condition ; renoncer à toute violence ; garder la fidélité dans le mariage, pour la vie ; vivre libéré de la richesse ; servir comme le plus petit et le plus humble ; renoncer à tout pouvoir sur les autres. Son enseignement ne repré- sente pas un idéal impossible à atteindre. Il s’agit vraiment d’une bonne nouvelle : la nouvelle que le désespoir et la mort qui règnent sur le monde présent peuvent être vaincus par une vie consacrée à l’amour parfait. C’est ce que Jésus a mis en pratique. En lui, le Messie, le règne de Dieu est déjà venu sur la terre. Quand il reviendra, il l’établira pleinement en sauvant l’ensemble de la création. Il le promet : « Voici, je fais toutes choses nouvelles. » L’Èglise-communauté 6 Vivre pour le Royaume de Dieu conduit à une Église- communauté. Dieu veut rassembler sur cette terre un peuple qui appartienne à sa nouvelle création. Il lui donne la vocation de former une société nouvelle qui rende visible sa justice et sa paix, et dans laquelle dispa- raît la propriété privée. Ses membres sont unis par un Mt 5–7 ; Lc 6,17–49 Jn 10,10 ; 2Co 10,5 Mt 28,18 ; Jn 14,23–24 Lc 18,26–30 Lc 7,18–23 ; 1Jn 2,5–11 Lc 4,17–21 ; Mt 1,1–17 Jn 1,35–51 Rm 8,18–25 Ap 21,5 ; Es 65,17–25 1Jn 4,20–21 Lc 13,34–35 ; Gn 12,1–3 Es 42,6–7 ; 60,1–3 2Co 3,5–6 ; 5,17–21