L E S F O N D E M E N T S 12 Nous cherchons à répondre à cette vocation en collaborant avec tous ceux qui sont de bonne volonté, qu’ils soient ou non croyants confessants. Notre expé- rience nous a appris que le Christ peut œuvrer même chez des gens qui le renient des lèvres. Notre tâche consiste à le reconnaître en toute personne et à conduire à lui tous les êtres humains. 11 Que signifie être artisan de paix ? Jésus nous l’apprend : aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, priez pour ceux qui vous persécutent, pardonnez comme vous-mêmes avez besoin d’être pardonnés. Il déclare : ne résistez pas à ceux qui vous maltraitent ; laissez-les vous frapper à nouveau plutôt que de riposter. Il a renoncé au pouvoir politique quand on le lui proposait. Il a refusé de se défendre par la force, préférant se laisser tuer. Nous devons faire la même chose. Le chemin de la paix exige le respect de toute vie et, par- dessus tout, de celle de tout être humain, puisque tout homme est créé à l’image de Dieu. Les paroles et l’exemple du Christ, comme l’affirme la prédication de l’Église primitive, nous interdisent catégoriquement de prendre une vie humaine, quelles qu’en soient les raisons, directe- ment ou indirectement, que ce soit pendant une guerre, pour cause de légitime défense, par la peine de mort, ou par tout autre moyen, y compris l’euthanasie ou l’avor- tement.* En tant qu’objecteurs de conscience, nous ne ferons pas de service militaire, dans aucun pays, pas même en tant que non combattants. De même, nous ne saurions * Cf. par exemple la Didachè : 1,1–4 ; 2,2 ; 3,2 (vers 60–110) ; Athénagore d’Athènes, Supplique au sujet des chrétiens : chapitre 35 (vers 176–180). Mc 9,38–41 ; He 11,31 Jos 2 ; Es 44,24−45,7 Mt 21,28–32 ; 25,31–46 Jn 1,9 ; Mt 8,5–13 Mt 5,38–48 ; Ex 23,4–5 Mt 18,21–35 ; Lc 6,27–36 Lc 4,5–8 ; Jn 18,36 1P 2,20–25 Gn 1,26–27 ; 9,5–6 Mt 26,50–54 ; Rm 13,9–10 2Co 10,3–4 ; Jc 3,18