L E S F O N D E M E N T S 18 le commandement que Jésus a donné à ses disciples de renoncer à leur propriété privée. Il s’empare de ce que Dieu avait prévu pour l’usage de tous et se l’arroge. En obéissant au Christ, nous mettons en Dieu notre confiance pour toutes choses, y compris pour nos besoins matériels. Nul d’entre nous ne possède quoi que ce soit en propre. Ce que nous possédons en commun ne nous appartient pas en tant que groupe, mais est destiné au service du Christ dans le cadre de l’Église-communauté.* Ce faisant, nous suivons l’exemple du Christ et de la communauté itinérante de ses disciples qui disposaient d’une bourse commune. 19 L’amour du prochain exige que nous soyons du côté des maltraités, des sans voix et des opprimés. Nous avons l’obligation de dénoncer tout mal public ou privé avec l’autorité de l’Évangile, exactement comme Jésus. Lui-même est né dans la pauvreté et a subi la mort d’un criminel. Son Royaume est tout particulièrement destiné aux pauvres et aux humbles. Il promet que, quand il reviendra, les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers. Jésus déclare : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a conféré l’onction pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté, proclamer une année * Peter Walpot, « Article 3 : Concernant le vrai renoncement et la commu- nauté chrétienne des biens », dans Le Grand Livre des Articles (Großes Arti- kelbuch, vers 1577). Lc 12,13–34 Ex 16,13–21 Lc 6,24–36 ; 16,19–31 Mt 6,25–34 ; Ex 16 Ac 4,32 Jn 12,6 ; 13,29 Es 58,6–10 ; Pr 14,31 ; 19,17 Ps 72,1–4 ; 146,1–10 Lc 13,31–32 Mt 23,13–36 Lc 1,46–55 Mc 10,31