L ’ o r g a nis a t ion d e l ’ Église 51 Quand deux personnes sont incapables de se réconcilier par elles-mêmes, il faut passer à l’étape suivante, proposée par Jésus en Matthieu 18 : d’abord en demandant l’aide d’une ou deux autres personnes ; ensuite, en dernier ressort, en présentant la situation à l’Église pour qu’elle soit résolue par son autorité. Selon l’enseignement du Christ, celui qui, à ce stade, refuse d’écouter même l’assemblée de l’Église, doit s’en aller et suivre son propre chemin. Il en est de même quand survient une division au sein de l’Église-communauté ou quand l’un de ses responsables abuse de son autorité. L’affaire sera, s’il le faut, soumise au corps mondial des membres afin qu’elle soit définiti- vement résolue, en priant pour que l’Esprit fasse toute la lumière et nous conduise à la repentance et à un amour renouvelé. Tous les conflits au sein de l’Église-communauté peuvent et doivent être réglés de cette manière. Conformément à l’Écriture, on ne les portera jamais devant un juge extérieur à l’Église-communauté, et surtout pas devant un tribunal.* * Un acte criminel commis par un résident d’un Bruderhof n’est pas une affaire interne à l’Église. Il sera du ressort de l’autorité légitime de l’État. Mt 18,17–18 Rm 16,17–20 ; 1Co 1,10–13 1Tm 5,19–20 Mt 5,25–26 ; 1Co 6,1–8