L E S F O N D E M E N T S 70 La communauté des biens 86 La communauté des biens, avec une bourse commune, est l’expression concrète de la vocation de l’Église-commu- nauté. Nul parmi nous ne reçoit de salaire, de traitement ou de pension de la part de l’Église-communauté. Quand une personne devient membre, l’ensemble de ses revenus et héritages reviennent à l’Église-communauté. Chacun reçoit ce qui lui est nécessaire, comme la nourriture, les vêtements et le logement. Chacun de nous est respon- sable devant l’Église-communauté de l’argent que nous dépensons. En famille et dans notre vie quotidienne, nous cherchons à vivre simplement, à donner généreusement, à éviter les excès et à résister au matérialisme. Nous voulons témoigner concrètement, par la manière avec laquelle l’Église gère ses affaires, que tout ce que nous avons est à la disposition de ceux qui sont dans le besoin. Cela s’applique tout particulièrement à l’intérieur de notre Église-communauté : nul Bruderhof ne saurait être plus riche ou plus pauvre qu’un autre. 87 Il sera parfois nécessaire de prévoir des entités juridiques distinctes, avec leur propre régime légal, pour réaliser les objectifs de l’Église-communauté – par exemple, dans le but d’obtenir un titre de propriété, ou pour l’exploi- tation de ses entreprises. Mais si ces entités devaient être dissoutes, nul membre ne recevrait quoi que ce soit. Le capital résiduel reviendrait à la cause du Christ dans l’Église-communauté et aux pauvres. Tous les statuts de nos organes juridiques, partout dans le monde, reflètent cet état d’esprit. Ac 2,4 1Tm 6,6–10 ; He 13,5–6 Lc 6,38 ; Pr 11,24–26 Mt 13,22–23 ; Lc 12,13–21 Ac 4,34–35 2Co 8,13–15